Accueil   Tous les os du Cosmos   Page précédente   Page suivante   Jeux de Couleurs, Jeux de Lumières.

Validation et Limites de la Méthode Hello !

 
Fichier PDF
 

 
Validation:

Pour comprendre le fonctionnement de la méthode d'extraction, il faut se souvenir des lois de compositions graphiques des couleurs. Celles-ci sont rappelées dans la figure ci-contre.
Avec la fonction "Courbe" utilisée avec Adobe Photoshop, on fait varier les tonalités des couleurs présentes dans l'image. Mais l'astuce est de faire varier les tonalités différentielles de couleurs très proches les unes des autres, de telle sorte que l'amplification des contrastes relatifs, ainsi obtenue, fasse ressortir certains aspects de l'image, qui autrement ne seraient pas perceptibles pour l'œil humains.
Par principe, ce procédé, utilisé seul, n'est pas susceptible de générer des images artificielles, donc des artefacts. Son inconvénient est que partant de couleurs "naturelles, on obtient des couleurs "artificielles". Mais en astronomie, ce n'est pas vraiment un inconvénient, les couleurs des photographies d'origine étant très généralement "artificielles".
Nous avons vérifié, sur de nombreux exemples, que jamais il n'y a de génération spontanée d'images artificielles. Jamais les pixels, quels que soient leurs alignements, ne génèrent par eux mêmes des artefacts. Les exemples ci-dessous en sont l'illustration. Les images d'origine sont toujours préservées. Lorsque des modifications apparaissent, ce n'est que lors de la compression finale des images à certains formats, JPG en particulier. Mais cela ne devient gênant qu'avec des taux de compression élevés. Jusqu'à 50 % les distorsions restent généralement acceptables.

 

 
L'exemple, ci-contre, montre les variations de tonalités obtenues. A gauche l'image d'origine, à droite l'image finale. On voit que les variations de tonalités peuvent mener jusqu'à l'inversion vers la couleur complémentaire:

Rouge Þ Vert par exemple.

Cette méthode ne prend toute sa signification et toute sa puissance qu'avec des images "couleur". En monochromes elles donnent quand même souvent de bons résultats. L'effet obtenu devient alors équivalent à une accentuation par la méthode de réglage des "Lumière - Contraste".

 

 

Voici une orchidée, avant et après traitement. L'orchidée est restée une orchidée. Ce qui a changé ce sont les couleurs. Et surtout les contrastes entre ces couleurs. c'est ainsi que des détails peu visibles sont mis en évidence. Observez le fond, des nuances insensibles, dans l'image d'origine, sont apparues. Ce n'est pas un artefact. Ces nuances existent bien.

 

Et maintenant notre galaxie, La voie Lactée en Infrarouge, présentée par ailleurs. Nous vous montrons ici, l'image après traitement (au dessus) et l'image radio du VLA, (en bas). Il n'y a pas de meilleure validation d'un procédé, que sa confrontation avec d'autres méthodes déjà validées. Notez qu'ici l'image du VLA a été redressée afin de faciliter les repérages visuels.




 

 

Limites de la Méthode:

L'expérience montre que cette méthode d'extraction se montre très performante sur des images diffuses, galaxies, nébuleuses planétaires, jets, amas d'étoiles, amas de galaxies, nuages de gaz et de poussières, etc. le cas de M87 en est un exemple d'école. Mais elle ne permet pas de voir ce qui n'est pas déjà présent dans la photographie initiale. Elle ne permet pas d'extraire de l'information de l'image d'un objet compact comme une planète. Ce n'est pas une méthode statistique, ou mathématique. Cela reste une technique de photographe. Avec tout le "savoir faire" d'un métier. Et c'est justement ce qui manque le plus aujourd'hui, des gens métier. Nous en profitons ici pour rendre hommage à Guy Subra, photographe et typographe, homme de talent qui nous a appris son art et sa technique et hélas disparu trop tôt.

 

Dernière mise à jour: 10/05/13

Les Artefacts:

Page suivante